Style


Cette rubrique est une synthèse sur l'évolution du mobilier Français et ses différents styles au cours des siècles. Sans rentrer dans les détails, nous nous sommes interessés aux périodes du XVII ème au XX ème siècle.
Les meubles de ces époques sont ceux que nous restaurons le plus souvent dans notre atelier.

Style Louis XIII
Style Louis XIV
Style Régence
Style Louis XV
Style Transition Style Louis XVI
Style Directoire
Style Empire
Style Restauration
Style Charles X
Style Louis-Philippe
Style Napoléon III
Style Art Nouveau
Style Art Déco

Le Style Louis XIII (1589-1661)

< Retour Menu
Début du 17ème siècle


Nous avons très peu l'occasion de restaurer des meubles de l'époque Louis XIII. Le mobilier est robuste, de formes droites, souvent en bois de noyer, le chêne et le hêtre ayant été très peu utilisés.

Les décors que l'on retrouve le plus souvent sur les panneaux des armoires, des bonnetières ou des cabinets sont des motifs sculptés en pointe de diamant (a), souvent encadrés par des colonnes tournées. Certains modèles de bonnetière ou d'armoire possèdent un tiroir central situé juste au-dessus du socle, et reposent sur des pieds en forme de boule aplatie (b). Généralement la corniche est de décoration simple, présentant des angles droits (c), comme le socle et les moulures qui entourent le meuble.

Le cabinet (1) est intéressant tant pour son ornementation que pour sa structure. Les modèles les plus luxueux sont plaqués d'ébène, d'écaille, décorés de filets de nacre, ou ornés d'une riche sculpture.

Les sièges sont reconnaissables par leur entretoise en H (d), l'une des caractéristiques de cette époque avec le tournage du bois : en balustre (e), à chapelet (f) et à torse (g). La tapisserie qui recouvre l'assise et le dossier plat est le plus souvent à motifs de fleurs, de fruits...

Le Style Louis XIV (1661-1715)
< Retour Menu
Fin du 17ème siècle


Le mobilier de l'époque Louis XIV s'enrichit de décors somptueux de marqueterie et de bronze.

La marqueterie dite " par superposition " (a) se développe. L'artisan André Charles Boulle a laissé son nom à cette technique qui associe un métal (étain ou laiton) avec de l'écaille de tortue.

L'ébène est moins utilisé, d'autres essences de bois précieux habillent les meubles (bois de violette (b), amarante, palissandre...). Les ornementations en bronze ou en bois sculpté, comme la feuille d'acanthe ou la coquille sont classiques de cette époque.

La commode (1) fait son apparition : rectangulaire, de ligne droite, avec des rangées de tiroirs légèrement galbés ou plats et un plateau en bois, orné de marqueterie, parfois cintré d'une moulure en bronze. Le piétement peut se terminer en forme de boule aplatie ou suivre le prolongement des montants arrondis (c).
La commode Mazarine (2) se distingue des autres modèles par ses montants à pans coupés.

Cette époque connaît d'autres créations notables comme la console ou le bureau Mazarin (3).

Les sièges évoluent plus lentement, ils conservent une structure massive et un dossier plat. L'entretoise en H à os de mouton (d), est l'une des caractéristiques de cette époque. Ils sont recouverts de soie, de velours et de tapisseries à motifs d'animaux, de personnages ou de fleurs.

Le Style Regence (1715-1723)
< Retour Menu
Début du 18ème siècle


Sur une courte période le mobilier de l'époque Régence présente un changement progressif des formes et décors en bronze, en conservant certaines caractéristiques du style Louis XIV.

Les lignes s'assouplissent, les bois de placages utilisés pour la marqueterie sont le bois de violette, palissandre, bois de rose. Le poirier noirci remplace l'ébène et s'associe à un décor de filet en laiton. Les motifs de coquilles, espagnolettes ou rosaces ornent le mobilier.
Les marbres tels que le brèche rouge (a) remplacent les plateaux en bois à décor de marqueterie du style Louis XIV. La console (1) fait son apparition, généralement sculptée en bois naturel ou doré et recouverte d'un marbre.

D'autres modèles sont créés, par exemple : la commode de forme arbalète (2) ou la commode tombeau (3) qui sont décorées de bronzes ciselés tels que le tablier (b), les entrées de serrures et les cannelures en cuivre incrustées sur les traverses qui séparent les tiroirs.
La commode sauteuse est un classique du style Régence, reconnaissable par sa forme rectangulaire et soutenue par quatre pieds élancés et galbés.

Le bureau plat (4) est très répandu : les lignes sont mouvementées, plaqué en bois noirci ou en marqueterie, avec un plateau recouvert d'un cuir et cintré d'une lingotière (c).

Les sièges subissent quelques transformations : les pieds cambrés, l'entretoise en X (d), la ceinture mouvementée et les accotoirs, auparavant situés dans le prolongement des pieds, sont désormais en retrait. Les bois employés sont le noyer ou le hêtre. L'assise et le dossier plat peuvent être cannés (e) ou recouvert d'une tapisserie à décor de fleurs.

Le Style Louis XV (1723-1760) < Retour Menu
Début du 18ème siècle


Le style Louis XV se caractérise par ses formes galbées. Les lignes droites disparaissent, toutefois on retrouve dans le mobilier de ce début du XVIIIème siècle une inspiration du style Régence.

Des modifications sont apportées aux commodes, en effet sur certains modèles les traverses disparaissent. On retrouve le modèle tombeau de l'époque Régence et la commode sauteuse (1), avec des proportions plus arrondies et décorées de marqueterie ou laque de Chine (a). Les bronzes à décor de coquille rocaille ou de rinceaux et les marbres ornent le mobilier.

Certains meubles ont été exécutés en acajou massif, d'autres marquetés d'un motif floral, de frisage au carré (b) ou en fougère (c). Dans ce cas, les bois utilisés pour la marqueterie furent le bois de rose, le bois de violette et l'amarante... En province, le noyer, le merisier et le chêne étaient privilégiés.

L'estampille (d) des meubles est rendue obligatoire à partir de 1751. On peut la retrouver sur un montant ou sur le bord d'un tiroir (pour un secrétaire, une commode, un bureau) ou à l'intérieur de la ceinture (pour un siège).
Elle indique le nom de l'artisan suivi du poinçon de la Jurande des Menuisiers Ebénistes (e).
Il est possible de retrouver une signature sans le poinçon JME sur des meubles du XVIIème siècle.

Le secrétaire (2) fait son apparition, sa façade est galbée et dotée d'un tiroir, d'un abattant et de deux vantaux. Il est souvent décoré de marqueterie et de bronzes, sur les entrées de serrures ou les sabots.

Les sièges sont plus légers, les formes plus mouvementées, l'entretoise disparaît. On retrouve les pieds cambrés (e) et le dossier plat du style Régence. La création du modèle cabriolet (3) marque un vrai changement, avec son dossier à forme creuse.
Les bois employés sont : le noyer avec une finition ciré et le hêtre laqué ou doré. Mais il est possible de trouver des modèles en hêtre naturel. La structure est souvent moulurée et sculptée de fleurs et branchages.


Le Style Transition (1760-1774)
< Retour Menu
Milieu du 18ème siècle


Le style Transition marque le changement progressif du style Louis XV vers le style Louis XVI. La forme galbée du meuble Louis XV est remplacée peu à peu par des lignes droites.

La marqueterie en cube (a), quartefeuilles, aile de papillon (b) et filet " à la grecque " (c) sont des motifs très présents dans la décoration des meubles.

Les essences de bois les plus communes sont le bois de rose, bois de violette, amarante ou sycomore.

Les bronzes ciselés et dorés à motif de rosaces, entrelacs ou palmettes décorent le mobilier de façon plus discrète que sur le mobilier du style Louis XV.

Les formes sont rectangulaires, les montants sont à pans coupés ou arrondis, en revanche les pieds cambrés du style Louis XV sont conservés. La commode à ressaut (1) ou le secrétaire (2) sont de bons exemples de cette transformation de la structure et de la décoration.

Le bureau cylindre (3) est représentatif de cette époque. Le caisson de la partie haute renferme des petits tiroirs et une tablette qui sert d'écritoire. Le bas est constitué d'une ou deux rangées de tiroirs.

Les sièges conservent les formes mouvementées du style Louis XV. Par contre le piétement droit à cannelure (d), parfois fuselé, annonce la tendance du style Louis XVI.
Le fauteuil à dossier plat (3) et le fauteuil en cabriolet subissent des modifications.
Sur certains modèles, les accotoirs reposent sur le dé de raccordement (e), souvent aux angles arrondis. Le bois le plus souvent employé est le noyer. On trouve également du hêtre, laqué ou doré.



Le Style Louis XVI (1774-1793)
< Retour Menu
Fin du 18ème siècle


Le style Louis XVI renoue avec les lignes droites. Les formes galbées qui persistaient dans la période de Transition, sont définitivement remplacées par des formes rectangulaires. Le Néoclassique remplace le Rocaille.

Les meubles sont plaqués en bois de rose, amarante ou sycomore et présentent des décors d'instruments de musique (a), nœuds de ruban ou figures géométriques. L'acajou est très utilisé dans la seconde moitié du XVIIIème siècle.

De nouveaux motifs de bronzes apparaissent vers la fin du XVIIIème tel que : la cariatide à buste de femme ou les plaques striées.

D'autres matériaux viennent s'ajouter à la décoration du mobilier, comme la porcelaine de Sèvres. Le plateau en marbre continue d'être utilisé sur de nombreux meubles : brèche d'Alep (b), gris Saint-Anne...

La commode demi-lune (1) et le bonheur du jour sont créés à cette époque. La commode à ressaut conserve sa forme rectangulaire, en revanche les pieds autrefois cambrés sont désormais droits et fuselés, à cannelure ou en toupie (c).
Le secrétaire (2) subit des transformations similaires à ceux de la commode, les montants sont plats, à pans coupés et à colonnes cannelées.

Les sièges conservent le piétement du style Transition mais les dés de raccordement sont de forme carrée (d) ou rectangulaire. Le modèle cabriolet à dossier en chapeau (3) est très classique de l'époque Louis XVI. La sculpture qui décore les sièges utilise des motifs de perles ou de nœuds de rubans.




Le Style Directoire (1795-1799)
< Retour Menu
Fin du 18ème siècle


Après la Révolution, le style Directoire est une transition de courte durée où l'on note sur le mobilier les principales caractéristiques de la fin du style Louis XVI et du début du style Empire.

Le bois le plus utilisé est l'acajou (a), on emploie aussi le noyer, le merisier ou le citronnier. La marqueterie n'est plus d'actualité.

La décoration en bronze sur les meubles est très discrète. On retrouve les motifs Grecs et Romains du style Louis XVI, Républicains de la période Révolutionnaire (bonnet phrygien) et Egyptiens (sphinx).

Le secrétaire (1) et la commode (2) ne subissent pas de transformation importante : de formes rectangulaires, le plus souvent en acajou, elles présentent des décorations en bronze sobres, avec des motifs de losanges, poignées tombantes ou plaques striées (b).
Les montants sont plats ou arrondis, parfois cannelés, et les pieds sont en toupie ou à griffes (c).

La table demi-lune (3) en acajou est très répandue. Elle possède quatre ou cinq pieds dont un mobile. Elle se transforme en table ronde ou ovale (avec rallonges).

Les sièges conservent des lignes droites. Ils sont en acajou, noyer, merisier ou hêtre, avec une finition ciré ou laqué.
Les pieds antérieurs sont fuselés à garrot avec bague tandis que les pieds postérieurs sont en forme de sabre. Les dossiers sont généralement renversés (légèrement inclinés).
Le fauteuil en hotte (4) peut posséder des montants d'accotoirs en balustre (d) qui se situent dans le prolongement des pieds, tandis que sur d'autres modèles ils peuvent se positionner en retrait sur la ceinture.

 

Atelier Calanna-Ebénisterie d'Art-Restauration de meubles Anciens et de Style-www.atelier-calanna.com-Webmaster